15 janvier 2010

Icare crash

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Times New Roman"; panose-1:0 2 2 6 3 5 4 5 2 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:50331648 0 0 0 1 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:none; ... [Lire la suite]
Posté par curiosofurioso1 à 14:14 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

23 juin 2009

Noir sur blanc

.    Cette histoire que tu racontes n'existe pas, sinon dans l'invisible, dans cet espace entre les lettres, les mots et les lignes. L'encre, le noir de l'encre n'est qu'une illusion, une supercherie, un décalage. Une licence offerte à ton être malade. Ce noir-là, ton noir, s'il est quelque chose, est une usurpation. Tu n'es pas dans tes lignes, mais entre elles, pas moins illisible et filant qu'un mauvais courant d'air. Du vent, rien que du vent. Tu es dans la marge, dans l'intervalle, dans ce qui n'est pas dit, dans... [Lire la suite]
Posté par curiosofurioso1 à 10:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
02 février 2009

Jean jaurès, quelques mots…

.Parce que le millionnaire n'a pas récolté sans peine, il s'imagine avoir semé..
Posté par curiosofurioso1 à 16:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
28 janvier 2009

Le captif

    La fille de Hegen est belle. Elle a la blondeur d'un champ de blé posé sur la terre humide brillant au soleil. Son corps éloigne les sirènes. Sa peau fait pâlir les pêches. Son visage est un trésor. Ses mains sont comme des bijoux, ses jambes rendent jalouses les biches dans le bois.    Tous les soirs, au crépuscule, elle longe le grand fjord. Elle descend près de la cabane du pêcheur, là où le soleil, emportant sa journée de tissage derrière le creux des montagnes, n'en finit pas de se coucher. Alors la... [Lire la suite]
Posté par curiosofurioso1 à 17:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
21 janvier 2009

Cueillez dès à présent les roses de la vie

.            Matisse - La chevelure     "La vie des grands hommes nous rappelle que nous pouvons nous aussi rendre notre vie sublime et laisser derrière nous, après notre mort, des empreintes sur le sable du temps" a dit Henri Longfellow. Maintenant, la question qui se pose est celle-ci : laisserons-nous quelque chose qui parlera de nous ? Aurons-nous profité de la vie comme il faut ?    Une image, à présent…   Imaginez que chaque matin une banque vous... [Lire la suite]
Posté par curiosofurioso1 à 11:24 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
16 janvier 2009

Etre un manteau pour toi

.    Cher Mari,    Tout d'abord, je remercie Allah de m'avoir donné un époux qui s'efforce de s'attacher à la religion. Louange à Allah pour cela et de même pour le bienfait qu'il m'a apporté, car en devenant ton épouse, j'ai certes accompli la moitié de ma foi.  Par la volonté d'Allah, ensemble, nous évoluerons dans la religion et je t'ai, à présent, à mes côtés pour me tirer vers le haut.    Soit, je sais que tu ne me connais que depuis peu, mais sache que je désire, au plus profond de mon cœur,... [Lire la suite]
Posté par curiosofurioso1 à 17:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 janvier 2009

au livre de ton mal

Cette histoire que tu racontes n'existe pas, sinon dans l'invisible, dans cet espace entre les lettres, les mots et les lignes. L'encre, le noir de l'encre n'est qu'une illusion, une supercherie, un décalage. Une licence offerte à ton être malade. Ce noir-là, ton noir, s'il est quelque chose, est une usurpation. Tu n'es pas dans tes lignes, mais entre elles, pas moins illisible et filant qu'un mauvais courant d'air. Du vent, rien que du vent. Tu es dans la marge, dans l'intervalle, dans ce qui n'est pas dit, dans ce que tu... [Lire la suite]
Posté par curiosofurioso1 à 22:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
10 janvier 2009

Der gross Karneval

    Je me trouvais sur les lieux en compagnie de Guturdjieff, de Mordekhaï et d’Abdul quand retentit le premier tir. Nous en étions à jauger la Daimler, à tenter de savoir s’il nous serait possible d’y charger suffisamment d’armes, de saucisses et de pommes de terre en vue de l’évacuation programmée … Les événements se sont alors enclenchés avec une telle rapidité que nous n’eûmes pas  le temps de relever les yeux que nombre de chiens, de Têtes-de-Mort et de vert-de-gris, déjà, se noyaient dans leur sang. J’eus... [Lire la suite]
Posté par curiosofurioso1 à 11:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]