02 janvier 2009

Jonathan Livingstone

    Il vivait,frémissant de bonheur, fier de dominer sa peur ! Alors, sans autre forme de procès, il plaqua encore une fois contre lui la partie antérieure de ses ailes, déploya ses courtes et tranchantes extrémités de voilure et piqua droit vers la mer. A l’instant où il dépassait en chute libre les douze cents mètres, il avait déjà atteint sa vitesse limite, le vent devenant alors une sorte de mur contre lequel il buttait. Il fonçait à trois cent soixante kilomètres à l’heure. Il avala sa salive, sachant que si ses ailes... [Lire la suite]
Posté par curiosofurioso1 à 12:37 - Commentaires [5] - Permalien [#]